Des traditions peuvent-elles empêcher la guérison ?

Les religieux de toute époque font ce que Jésus leur reproche dans Marc 7:13, sans s’en rendre compte, ils annulent la Parole de Dieu en tenant à leurs traditions. :

Marc 7:13 annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie.

Une première tradition c’est de représenter Jésus comme un efféminé, un faible tandis que le diable est plus fort et à craindre.

Le diable a été vaincu à la croix, il n’a pas le droit de vous toucher si vous marchez dans la vérité

1Jean 5:18 Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point ; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas.

La vérité est que Jésus est un vaillant guerrier (Exode 15:3), plus fort que le diable alors il peut vaincre la maladie, alors prions avec hardiesse, pas en disant « stp, veux-tu guérir un tel… »

Jésus ne disait pas avant de guérir « est-ce que ton grand-père avait un problème dans sa vie ? » Non, Jésus est fort et il guérit. De nos jours, certains se mettent à sonder la vie de ceux qui sont malades, comme pour se chercher des prétextes pour ne pas prier pour eux s’ils découvrent une faille morale chez eux ou dans leurs parents ou encore pour mettre la responsabilité sur eux s’ils ne sont pas guéris suite à la prière. Mais la réponse à la prière ne dépend ni de celui qui prie ni de celui qui reçoit la prière, la réponse dépend de Dieu qui veut guérir.

Une autre tradition c’est toute guérison doit être instantanée

Ce n’est pas toujours le cas, même avec Jésus, parce que Dieu choisit de ne pas guérir toujours instantanément, plusieurs perdent la foi dans la guérison. On doit aller à la guerre contre la maladie, on doit résister à la maladie. Si les 10 lépreux avaient attendu que Jésus les guérisse avant de s’en aller, ils n’auraient probablement pas eu leur guérison.

Luc 17:11 Jésus, se rendant à Jérusalem, passait entre la Samarie et la Galilée.
12 Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance,
13 ils élevèrent la voix, et dirent : Jésus, maître, aie pitié de nous !
14 Dès qu’il les eut vus, il leur dit : Allez vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu’ils y allaient, il arriva qu’ils furent guéris.
15 L’un d’eux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.
16 Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces. C’était un Samaritain.
17 Jésus, prenant la parole, dit: Les dix n’ont-ils pas été guéris ? Et les neuf autres, où sont-ils ?
18 Ne s’est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ?
19 Puis il lui dit : Lève-toi, va ; ta foi t’a sauvé.

La persévérance de la foi est ce qui honore grandement notre Dieu.

Sans PERSÉVÉRANCE, ta foi n’aura servi à RIEN !

2Thessaloniciens 3:5 Que le Seigneur conduise vos coeurs à l’amour de Dieu et à la persévérance du Christ. (TOB)

A la place de la persévérance, la Bible Segond traduit par « patience », Semeur par « endurance » et Jérusalem par « constance ».

Ce sont toutes de bonnes traductions qui montrent que LA FOI N’EST HABITUELLEMENT PAS UN GAGE DE RÉSULTAT INSTANTANÉ, ce n’est pas parce que cela n’arrive pas tout de suite que cela ne se produira pas !, que cela ne marche pas !

OUI LA FOI FONCTIONNE pour la personne qui ne lâche pas avant d’avoir obtenu son exaucement, comme la veuve dans l’histoire racontée par Jésus dans Luc 18.

Pensons à Jésus qui était étonné de voir la persévérance de la syro-phénicienne qui ne le lâchait pas tant qu’il ne lui avait pas accordé la délivrance de sa fille. Faisons de même pour nos enfants, à la gloire de Dieu !

Marc 7:24 Jésus, étant parti de là, s’en alla dans le territoire de Tyr et de Sidon. Il entra dans une maison, désirant que personne ne le sût; mais il ne put rester caché.
25 Car une femme, dont la fille était possédée d’un esprit impur, entendit parler de lui, et vint se jeter à ses pieds.
26 Cette femme était grecque, syro-phénicienne d’origine. Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille.
27 Jésus lui dit: Laisse d’abord les enfants se rassasier; car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens.
28 Oui, Seigneur, lui répondit-elle, mais les petits chiens, sous la table, mangent les miettes des enfants.
29 Alors il lui dit: A CAUSE DE CETTE PAROLE, va, le démon est sorti de ta fille.
30 Et, quand elle rentra dans sa maison, elle trouva l’enfant couchée sur le lit, le démon étant sorti

Matthieu 15:28 Alors Jésus lui dit: Femme, TA FOI EST GRANDE; qu’il te soit fait comme tu veux. Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.

Veillons toujours à prononcer dans nos prières des PAROLES DE FOI ! La foi, ça marche avec ceux qui ont la foi ! Nous n’avons qu’une seule option qui plaît à Dieu alors que la manifestation de la guérison tarde, c’est de persévérer dans la foi, ainsi nous honorons Dieu et sa parole devant ses anges, sa parole qui a dit que tout est possible à celui qui croit (Marc 9:23). Alors votre guérison est dans le domaine du possible, nous croyons quelle est en chemin, au nom de Jésus, Amen.

On cite aussi souvent le cas de Trophime pour dire que Dieu ne guérit pas tout le temps même quand c’est Paul par lequel Dieu a guéri tant de gens.

2 Timothée 4:20 Eraste est resté à Corinthe, et j’ai laissé Trophime malade à Milet.

Le mot grec traduit par malade signifie être sans force (asthenia), comme dans Romains 5:6 où il est écrit que nous étions sans force avant que Dieu envoie Jésus pour nous sauver. On peut être sans force à cause de la maladie mais cela peut être dû aussi à cause de la fatigue du voyage que Trophime était devenu sans force et avait besoin de repos pour se ressourcer. Les voyages étaient très périlleux à l’époque, Épaphrodite était passé près de mourir en faisant le voyage pour aller aider Paul (Philippiens 2:25-29). Donc Trophime n’était pas nécessairement malade, il était peut-être seulement épuisé quand Paul a choisi de le laisser derrière au port de Milet où se trouvait une église pour en prendre soin. C’est tout ce qu’on sait, le reste n’est que spéculation ; il a probablement repris des forces par la suite en se reposant, s’il a été malade, le Seigneur l’a-t-il guéri miraculeusement après le départ de Paul, a-t-il guéri normalement, est-il mort de sa maladie ? Personne ne peut dire laquelle de ces possibilités est conforme à la réalité alors ne partons pas des doctrines sur un tel exemple.

On donne aussi parfois l’exemple de Timothée qui avait de fréquentes indispositions

1Timothée 5:23 Ne continue pas à ne boire que de l’eau ; mais fais usage d’un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions.

Timothée ne devait boire pas seulement de l’eau. Il faut être sage, protéger notre santé. Mais ce n’est pas normal de souffrir des maux d’estomac.

Une autre tradition encore c’est de se servir de Romains 8:28 pour avancer que la maladie, le cancer, les accidents, TOUT concourt à notre bien

C’est grave de penser ainsi car les chrétiens s’écrasent alors comme des tapis et invitent Satan à les écraser. En effet, si la maladie concourt à notre bien, on n’aura aucune conviction dans la prière pour la guérison et tant qu’à faire se faire soigner ce serait aller contre la volonté de Dieu si c’est la volonté de Dieu qu’on soit malade et qu’il veut nous purifier par la maladie ? Non, franchement, c’est une aberration totale ! Dieu ne veut pas plus qu’on soit malades que nous voulons que nos propres enfants soient malades et Dieu est un bien meilleur parent que nous !

Luc 11:9 Et moi, je vous dis : Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira.
10 Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.
11 Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain ? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d’un poisson ?
12 Ou, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ?
13 Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent.

Romains 8:26 De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ;
27 et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.
28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.
29 Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.

On peut comprendre le verset 26 comme le Saint-Esprit nous faisant parler en langue et que cela nous édifie personnellement (1Corinthiens 14:4) ainsi cela contribue à faire que les choses vont aller en notre faveur, au verset 28. Romains 8:28 est vrai dans son contexte, cela concerne la prière dans l’esprit, en priant, toutes choses va concourir à notre bien, alors le mal est transformé en bien mais ne remerciez pour l’oeuvre de Satan, ne rendez pas grâces pour le mal, le cancer ni les accidents, Jésus ne l’a pas fait quand on lui a appris qu’une tour était tombé sur des gens et les avait tués. Jésus n’avait jamais rendu grâce pour la maladie ou la mort, dans le cas de Lazare, il a rendu grâce pour l’opportunité de ressusciter Lazare et ainsi glorifier son Père, mais il n’a pas rendu grâce pour la maladie.

La suite de Romains 8:28 est aussi intéressante que ce qui précède ce passage. Nous allons voir aussi comment les persécutions s’inscrivent dans ce contexte.

«Du reste» signifie que Paul résume sa réflexion. «En effet» montre qu’il explique comment tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu.

Alors qu’est-ce qui contribue ou concourt ?

  1. Ceux que Dieu a connus d’avance CONCOURT au fait que Dieu les a prédestinés à devenir conformes à l’image de son Fils v.29
  2. Ceux que Dieu a prédestinés CONCOURT au fait qu’il les a aussi appelés v.30
  3. Ceux que Dieu a appelés CONCOURT au fait qu’il les a déclarés justes v.30
  4. Ceux que Dieu a déclarés justes CONCOURT au fait qu’il les a accordé sa gloire v.30
  1. A cause que toutes ces choses qu’on vient de nommer qui concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, que dire de plus, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? v.31
  2. Grâce au fait que son Fils est mort pour nous sauver, Dieu a décidé de nous accorder toutes ces choses qu’on vient de nommer qui concourt à notre bien v.32
  3. Quand bien même le diable viendrait nous accuser, il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont unis à Jésus (Romains 8:1) parce que Dieu les a déclarés justes v.33
  4. Jésus a pris sur lui notre condamnation en mourant sur la croix, il est maintenant ressuscité et il intercède en plus pour nous v.34
  5. Est-ce que la persécution pourrait nous séparer de l’amour de Dieu, jamais de la vie ! v.35-36 Au contraire, nous sommes d’autant plus vainqueurs par Jésus, v.37 car notre foi triomphe du monde (1Jean 5:3-4)
  6. C’est pourquoi notre foi nous donne l’assurance que rien ni personne ne peut nous séparer de l’amour de Dieu qu’il a manifesté au travers de Jésus.v.38-39
  7. Romains 8:28 Du reste, nous savons que tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés conformément à son plan.
    29 En effet, ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à devenir conformes à l’image de son Fils, afin que celui-ci soit le premier-né d’un grand nombre de frères.
    30 Ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; ceux qu’il a appelés, il les a aussi déclarés justes; et ceux qu’il a déclarés justes, il leur a aussi accordé la gloire.
    31 Que dirons-nous donc de plus? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?
    32 Lui qui n’a pas épargné son propre Fils mais l’a donné pour nous tous, comment ne nous accorderait-il pas aussi tout avec lui?
    33 Qui accusera ceux que Dieu a choisis? C’est Dieu qui les déclare justes!
    34 Qui les condamnera? Jésus-Christ est mort, bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu et il intercède pour nous!
    35 Qui nous séparera de l’amour de Christ? Serait-ce la détresse, l’angoisse, la persécution, la faim, le dénuement, le danger ou l’épée?
    36 De fait, il est écrit: C’est à cause de toi qu’on nous met à mort à longueur de journée, qu’on nous considère comme des brebis destinées à la boucherie.
    37 Au contraire, dans tout cela nous sommes plus que vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.
    38 En effet, j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances,
    39 ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.

    Les persécutions du diable accompagneront la bénédiction divine, comme Jésus l’a dit. Mais cela ne signifie pas que les persécutions concourent à notre bien !

    Marc 10:29 Jésus répondit: «Je vous le dis en vérité, personne n’aura quitté à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle sa maison ou ses frères, ses soeurs, sa mère, son père, sa femme, ses enfants ou ses terres,
    30 sans recevoir au centuple, dans le temps présent, des maisons, des frères, des soeurs, des mères, des enfants et des terres, AVEC DES PERSÉCUTIONS et, dans le monde à venir, la vie éternelle.

    Le diable n’est évidemment pas content de voir Dieu nous bénir et il va tout faire pour nous pourrir l’existence. On a juste à regarder la vie de Paul. Celui qui pense que la bénédiction divine le préserve des persécutions auront de mauvaises surprises. Ce n’est pas ce que Jésus a dit ni ce que les épîtres et l’expérience chrétienne nous démontrent également.

    Prenons le cas d’une femme qui a perdu son mari et ses enfants. Ce n’est pas parce qu’elle n’a pas assez prié en langue que son mari a été décapité et ses enfants brûlés, c’est parce que le diable la déteste comme il a détesté Job et s’est évertué à l’éprouver alors que Dieu l’aimait et le bénissait à outrance. Dieu ne change pas et le diable non plus, il déteste autant les hommes aujourd’hui qu’au temps de Job.

    Dieu a aimé cette femme en faisant concourir à son bien tout ce qui est écrit du verset 29 à 31. La grandeur des persécutions qui lui sont survenues de la part du diable, jamais de Dieu, ne sont pas en mesure de la séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus, v.35-29, en demeurant ferme dans la foi, elle est donc plus que vainqueur et une glorieuse couronne l’attend !

    Le mal ne concourt pas à notre bien, même si Dieu peut transformer le mal intenté contre nous en bien, voir Genèse 50:20 : Vous aviez médité de me faire du mal : Dieu l’a changé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux.

    Je trouve intéressant que Paul commence le v.29 avec la conjonction « hoti »(car) je pense qu’il y a une clé là car on se sert de cette conjonction pour expliquer ou développer une affirmation précédente… comme je viens de le faire moi-même !!!

    En résumé, tout concourt au bien du chrétien CAR Dieu les a prédestinés, appelés, justifiés et glorifiés. C’est tout cela qui concourt à notre bien avec aussi, bien entendu le secours du Saint-Esprit dans nos prières v.26-27, et Paul conclut au v.31 « Si Dieu est pour nous qui sera contre nous »

    Une autre tradition soutient que le chrétien doit souffrir dans la maladie.

    Pour appuyer cela, On cite parfois le verset suivant :

    Philippiens 3:10-11 Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort,
    11 pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts.

    Jésus a pris sur lui nos péchés et il en a souffert, nous n’avons plus à souffrir pour nos propres péchés. La communion aux souffrances de Jésus dont parle Paul ne concerne pas la maladie car Jésus a déjà porté la malédiction de la maladie, mais porter notre croix en étant un enfant de Dieu qui peut se faire moquer de lui et être persécuté.

    Une autre tradition en vogue c’est de penser que si je peux me purifier de mes péchés, là je vais pouvoir être guéri.

    On sait bien que le salut n’est pas par les oeuvres, il est immérité mais alors pourquoi irions-nous penser que la guérison doit se mériter par nos oeuvres, par nos efforts, par notre sanctification ?

    En grec, le verbe sauver (sôzô) est employé autant pour la guérison physique que pour le salut éternel, l’un comme l’autre sont une grâce qu’on ne peut mériter.

    Matthieu 9:21 Car elle disait en elle-même : Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie (sôzô). Matthieu 9:22 Jésus se retourna, et dit, en la voyant : Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie (sôzô). Et cette femme fut guérie (sôzô) à l’heure même.

    Matthieu 18:11 Car le Fils de l’homme est venu sauver (sôzô) ce qui était perdu.

    Cela illustre bien que l’oeuvre de Jésus ne se limite pas au spirituel mais touche aussi notre physique.

    Une autre tradition consiste à présenter le chrétien est une marionnette entre les mains de Dieu et entre les mains de l’ennemi qui peut faire ce qu’il veut avec lui et qu’il n’a rien à dire

    Non ! vous êtes responsables et revêtir les vêtements d’ambassadeurs de Jésus. Partout les Écritures font appel à notre responsabilité, en voici juste un exemple:

    Proverbes 4:20-27 Mon fils, sois attentif à mes paroles, prête l’oreille à mes discours.
    21 Qu’ils ne s’éloignent pas de tes yeux ; garde-les dans le fond de ton cœur ;
    22 Car c’est la vie pour ceux qui les trouvent, c’est la santé pour tout leur corps.
    23 Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie.
    24 Ecarte de ta bouche la fausseté, éloigne de tes lèvres les détours.
    25 Que tes yeux regardent en face, et que tes paupières se dirigent devant toi.
    26 Considère le chemin par où tu passes, et que toutes tes voies soient bien réglées ;
    27 N’incline ni à droite ni à gauche, et détourne ton pied du mal.

    Il faut avoir la vision de Dieu en nous, nous voir comme Dieu nous voit

    Il faut avoir une vision pour notre avenir ainsi on pourra passer au travers les épreuves comme Joseph qui avait eu des songes dans sa jeunesse, c’est cela qui l’a soutenu quand ça allait mal en prison.

    Arrêtez de vous voir malade, voyez-vous en santé,

    Joel 3:10 que le faible dise « je suis fort »

    Proverbes 23:7 Car il est comme les pensées de son âme.

    « vous êtes le prophète de votre propre vie » – Kenneth Copeland

    Une autre tradition bien ancrée dans le psychè québécois… on est nés pour un petit pain, faut pas rêver en couleur, la guérison c’est pour les autres

    Non, ayez des rêves selon Dieu

    Psaumes 37:4 Fais de l’Eternel tes délices, et il te donnera ce que ton cœur désire.

    Philippiens 2:13 car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir.

    Proverbes 10:24 Ce que redoute le méchant, c’est ce qui lui arrive ; et ce que désirent les justes leur est accordé.

    Il faut donner le temps à la vision de s’accomplir, ne pas faire comme Sarah qui a agit avec précipitation et qui a mis sa servante sur les genoux d’Abraham

    Une autre tradition c’est de se servir de l’exemple de Paul et de Job pour ne plus croire à la guérison en doutant du désir de Dieu de nous voir en santé.

    Comprenons pourquoi Job a été attaqué par la maladie. Dieu avait choisi Job comme son champion pour prouver au diable qu’on pouvait le servir même dans l’adversité.

    Job 1:8 L’Eternel dit à Satan: «As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre. C’est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal.»
    9 Satan répondit à l’Eternel: «Est-ce de façon désintéressée que Job craint Dieu?
    10 Ne l’as-tu pas entouré de ta protection, lui, sa famille et tout ce qui lui appartient? Tu as béni le travail de ses mains et ses troupeaux couvrent le pays.
    11 Mais porte donc la main contre lui, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudira en face.»
    12 L’Eternel dit à Satan: «Voici tout ce qui lui appartient: je te le livre. Seulement, ne porte pas la main sur lui.» Satan se retira alors de la présence de l’Eternel.

    Job 2:3 L’Eternel dit à Satan: «As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre. C’est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal. Il persévère dans son intégrité et c’est sans raison que tu m’incites à le perdre.»
    4 Satan répondit à l’Eternel: «Peau contre peau! Tout ce qu’un homme possède, il est prêt à l’échanger contre sa vie.
    5 Mais porte donc la main contre lui, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu’il te maudira en face.»
    6 L’Eternel dit à Satan: «Le voici: je te le livre. Seulement, épargne sa vie.»

    On doit commander à notre corps d’arrêter d’être malade, pour qu’il se mette en règle avec la réalité de la Parole de Dieu, je suis guéri par les meurtrissures de Jésus. Au nom de Jésus, je reçois mon héritage. Nos paroles ont de l’autorité.

    Proverbes 18:21 La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ; Quiconque l’aime en mangera les fruits.

    Romains 4:17 Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient.

    Nous aussi on peut parler d’une manière prophétique et décréter des choses qui ne sont pas encore. Ce n’est pas mentir de déclarer des choses qui ne sont pas encore.

    Notre esprit doit gouverner notre corps. Ce n’est pas comment notre corps se sent qui va nous diriger.

    Hébreux 11:3 C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles.

    Vous avez la Parole de Dieu en vous, décrétez la vie, relâchez la vie dans la personne qui est malade et la personne est guérie.

    Faut pas s’appuyer sur sa condition (maladie), mais sur sa position (en Jésus-Christ)

    Est-ce que Dieu a dit à Paul qu’il devait endurer sa maladie pour ne pas qu’il se glorifie dans 2Corinthiens 12 ?

    2Corinthiens 12:2 Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu’au troisième ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait).
    3 Et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait)
    4 fut enlevé dans le paradis, et qu’il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer.
    5 Je me glorifierai d’un tel homme, mais de moi-même je ne me glorifierai pas, sinon de mes infirmités.
    6 Si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensé, car je dirais la vérité ; mais je m’en abstiens, afin que personne n’ait à mon sujet une opinion supérieure à ce qu’il voit en moi ou à ce qu’il entend de moi.
    7 Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir.

    La tradition dit que l’écharde dans la chair c’est la maladie, mais dans ce passage on lit que l’écharde était un ange de Satan.

    La tradition dit que Paul a demandé 3 fois d’être guéri de la maladie et que Dieu a répondu « non, vis avec la maladie, endure ton mal »

    Mais la Bible dit:

    2Corinthiens 12:8 Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi,
    9 et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.
    10 C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.

    La grâce de Dieu, c’est la puissance de Dieu. Alors l’apôtre Paul était attaqué par un ange de Satan et lorsqu’il a demandé à Dieu d’être délivré, Dieu lui a dit: « ma grâce te suffit, cette puissance que je t’ai donné, c’est suffisant pour toi, je t’ai donné tout ce que tu avais besoin pour vivre dans la victoire, Paul ». Alors Paul a reçu cette révélation de la grâce de Dieu.

    Donc le message ce n’était pas que Dieu voulait que Paul apprenne à vivre malade mais que Paul apprenne à vivre dans la liberté et qu’il apprenne à vivre au-dessus de ces problèmes-là et que par la puissance de Dieu qui agissait en lui. Si l’ange qui avait été envoyé par Satan empêchait Paul de s’enorgueillir, Satan aurait servi la cause de Dieu, ce qui est tout à fait impensable, jamais Satan va envoyer ses démons sur les humains pour les empêcher de s’enorgueilir, c’est tout le contraire, ils vont tout faire pour qu’on s’enorgueillisse comme eux. J’en parle ailleurs, le but de Satan c’est que les hommes n’aient pas une opinion trop élevée de Paul, le démon frappait Paul de toute sorte de manière pour que les gens le méprisent et méprisent par le fait même son message. L’ange de Satan frappait Paul pour le discréditer aux yeux des hommes, Paul s’était présenté tout faible et tremblant devant les Corinthiens et les Galates, le corps lapidé, flagellé, fouetté à plusieurs reprises.

    L’écharde dans la chair ce n’est pas la maladie mais une personne, comme dans Nombres 33:55 et Josué 23:13

    Nombres 33:55 Mais si vous ne chassez pas devant vous les habitants du pays, ceux d’entre eux que vous laisserez seront comme des épines dans vos yeux et des aiguillons dans vos côtés, ils seront vos ennemis dans le pays où vous allez vous établir.

    Josué 23:13 soyez certains que l’Eternel, votre Dieu, ne continuera pas à chasser ces nations devant vous ; mais elles seront pour vous un filet et un piège, un fouet dans vos côtés et des épines dans vos yeux, jusqu’à ce que vous ayez péri de dessus ce bon pays que l’Eternel, votre Dieu, vous a donné.

    N’est-ce pas merveilleux de savoir que si Jésus a payé le prix pour qu’on soit guéri, il n’y a aucune place dans la Parole où Jésus dit: « finalement, même si j’ai tout fait pour vous, même si je vous ai fait des promesses, vous ne pouvez rien compter là-dessus, parce que regarder Paul et regarder Job… »

    Voyez-vous comment la tradition a volé la foi des gens, des gens qui sont malades dans leur corps, qui veulent recevoir la guérison de Dieu et qui prient le Seigneur : « Si tu veux guérir… peut-être que tu ne veux pas, peut-être que tu veux que je sois comme Paul, peut-être que tu veux que je sois comme Job, si tu veux… ? » Mais voyez-vous, quand on prie une prière comme ça, il n’y a pas de quoi rattachée. Jacques dit que quelqu’un ainsi c’est quelqu’un avec le coeur partagé, qu’il ne s’attende pas de recevoir quoi que ce soit de Dieu car quand on demande quelque chose à Dieu, on doit être convaincu dans notre coeur que c’est sa volonté.

    Quand je prie pour quelqu’un qui n’est pas sauvé, je vais dire, je suis convaincu, je sais que le Seigneur veut le sauver. Si je dis: « peut-être qu’il veut te sauver ou peut-être que tu n’as pas été élu, peut-être que Dieu veut que tu ailles brûler en enfer éternellement mais on va prier si Dieu veut, peut-être tu seras sauvé… » Combien de personnes seraient sauvées parmi nous avec un tel évangile ? Mais pareillement avec la guérison divine qui a été accomplie par l’oeuvre de la croix si on dit aux gens : « Non seulement Jésus a payé le prix pour toi mais il veut que tu sois guéri, le Seigneur t’aime, le Seigneur est rempli de compassion, il veut te délivrer ». Mais vous voyez, il y a des esprits de tradition qui viennent contre de tels messages pour empêcher le corps de Christ de rentrer dans la terre promise.

    On a l’enseignement que Dieu se sert constamment de Satan dans son église pour purifier ses enfants même si Dieu dit que c’est le Saint-Esprit qui le fait, ce n’est pas Satan, peu importe

    Une autre tradition enseigne que Dieu va se glorifier par la maladie, disent souvent les gens.

    Plus vous êtes malades, plus Dieu va être glorifié ! Vraiment ?

    Mais Marc 2:1 Quelques jours après, Jésus revint à Capernaüm. On apprit qu’il était à la maison,
    2 et il s’assembla un si grand nombre de personnes que l’espace devant la porte ne pouvait plus les contenir. Il leur annonçait la parole.
    3 Des gens vinrent à lui, amenant un paralytique porté par quatre hommes.
    4 Comme ils ne pouvaient l’aborder, à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où il était, et ils descendirent par cette ouverture le lit sur lequel le paralytique était couché.
    5 Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés.
    6 Il y avait là quelques scribes, qui étaient assis, et qui se disaient au dedans d’eux:
    7 Comment cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ?
    8 Jésus, ayant aussitôt connu par son esprit ce qu’ils pensaient au dedans d’eux, leur dit : Pourquoi avez-vous de telles pensées dans vos cœurs ?
    9 Lequel est le plus aisé, de dire au paralytique : Tes péchés sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, prends ton lit, et marche ?
    10 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés:
    11 Je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison.
    12 Et, à l’instant, il se leva, prit son lit, et sortit en présence de tout le monde, de sorte qu’ils étaient tous dans l’étonnement et glorifiaient Dieu, disant : Nous n’avons jamais rien vu de pareil.

    Ce qui glorifie Dieu c’est la guérison divine, v.12. Les gens n’auraient pas glorifié Dieu si le paralytique était resté dans son lit et que Jésus lui aurait seulement adressé de « bons » mots d’encouragement dans le genre : T’en fais pas, mon ami, ton infirmité est pour la gloire de Dieu, en persévérant dans la foi en Dieu, Dieu sera honoré, même si tu passes le reste de ta vie couché, ça va concourir à ton bien. Tu le comprendras un jour. Quand quelqu’un est malade et qu’on prie pour que la personne soit guérie et que la personne est guérie, voilà ce qui glorifie Dieu. Si on prie pour quelqu’un qui est malade et que son état empire, cela ne glorifie pas Dieu. Ce n’est pas un mystère. Si des gens voient dans la rue quelqu’un de très malade, ils ne diront pas « waouh, moi aussi je veux cela dans ma vie ». Est-ce que les gens font cela ? Non ! Mais quelqu’un qui était dans un fauteuil roulant et qui marche maintenant, là ils posent des questions.

    Actes 3:2 Il y avait un homme boiteux de naissance, qu’on portait et qu’on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu’il demandât l’aumône à ceux qui entraient dans le temple.
    3 Cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l’aumône.
    4 Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit : Regarde-nous.
    5 Et il les regardait attentivement, s’attendant à recevoir d’eux quelque chose.
    6 Alors Pierre lui dit : Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche.
    7 Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes ;
    8 d’un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu.
    9 Tout le monde le vit marchant et louant Dieu.
    10 Ils reconnaissaient que c’était celui qui était assis à la Belle porte du temple pour demander l’aumône, et ils furent remplis d’étonnement et de surprise au sujet de ce qui lui était arrivé.

    Quand le monde loue Dieu c’est quand il y a une guérison, un miracle, pas quand les gens restent malades

    Luc 11:11 Et voici, il y avait là une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser.
    12 Lorsqu’il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit : Femme, tu es délivrée de ton infirmité.
    13 Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa, et glorifia Dieu.
    14 Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule : Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat.
    15 Hypocrites ! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire ?
    16 Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat ?

    C’était un mauvais esprit qui la rendait infirme, ce n’est pas le Saint-Esprit. Ici certains diraient en voyant une personne courbée pendant 18 ans : « Le Saint-Esprit te travaille vraiment, un jour tu vas devenir vraiment sanctifié «  mais ici la Bible ne dit pas cela, voir le v.12.

    Dieu ne se glorifie pas par la maladie, Dieu se glorifie par la guérison.

    Dieu n’envoie pas de cancer ni d’accident, c’est le diable qui envoie cela. Le Dieu de la Bible est un bon Dieu. Dieu est bon et il fait du bien, le diable est mauvais et il fait du mal.

    Psaumes 145:9 L’Eternel est bon envers tous, et ses compassions s’étendent sur toutes ses œuvres.

    Jacques 1:22 Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements.

    La guérison divine commence dans l’âme, dans les pensées, les émotions, la volonté, croyez les Écritures ; croyez que Dieu est bon et qu’il vous aime, croyez que Jésus ne change pas et qu’il veut guérir et il en sera fait selon votre foi parce que Dieu l’a promis.

septembre 6, 2020

Étiquettes : ,
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.