Le pouvoir politique et l’ambition maternelle

Jean était très proche de sa maman et il en prenait assurément bien soin alors qu’elle suivait Jésus et les apôtres partout où ils allaient, au point où c’est à lui que Jésus avait confié sa propre mère.

Jean 19:26 Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils. 27 Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui.

Jean était aussi un proche du pouvoir, il avait accès à la personne la plus importante et estimée du pays, le souverain sacrificateur. Cela lui donnait des privilèges, on l’a vu quand Pierre est passé par lui pour entrer dans la cour où se tenait le procès de Jésus.

Jean 18:15 Simon Pierre, avec un autre disciple, suivait Jésus. Ce disciple était connu du souverain sacrificateur, et il entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur; 16 mais Pierre resta dehors près de la porte. L’autre disciple, qui était connu du souverain sacrificateur, sortit, parla à la portière, et fit entrer Pierre.

Jean jouissait aussi d’un genre d’immunité diplomatique, on ne l’a pas dérangé même si on savait très bien qu’il était aussi un ami intime et disciple de Jésus, c’est sur Pierre qu’on s’est acharné dans la cour.

Jean 18:17 Alors la servante, la portière, dit à Pierre: Toi aussi, n’es-tu pas des disciples de cet homme? Il dit: Je n’en suis point.

Jean 18:25 Simon Pierre était là, et se chauffait. On lui dit: Toi aussi, n’es-tu pas de ses disciples? Il le nia, et dit: Je n’en suis point. 26 Un des serviteurs du souverain sacrificateur, parent de celui à qui Pierre avait coupé l’oreille, dit: Ne t’ai-je pas vu avec lui dans le jardin? 27 Pierre le nia de nouveau. Et aussitôt le coq chanta.

Jean détenait ses privilèges probablement à cause de sa mère, comme son père Zébédée était trop occupé à faire fonctionner son commerce de pêche pour se mêler de politique ou de religion.

Marc 1:19 Etant allé un peu plus loin, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui, eux aussi, étaient dans une barque et réparaient les filets. 20 Aussitôt, il les appela; et, laissant leur père Zébédée dans la barque avec les ouvriers, ils le suivirent.

On voit que la mama, c’était une femme qui avait des moyens financiers grâce au business de son mari et elle était habituée à faire de longs voyages à Jérusalem depuis la Galilée pour aller faire du lobbying auprès des grands personnages et recevoir des faveurs de leur part.

Ça lui prenait beaucoup de culot pour aller demander à Jésus que ses deux fils soient assis à sa droite et à sa gauche dans son royaume. Elle ne pouvait pas s’imaginer les choses autrement, elle qui avait accès aux plus hautes sphères du pays, elle n’était pas née pour un petit pain, elle voyait grand aussi pour ses enfants, d’autant plus que Jésus les avait accepté dans son intimité en compagnie de Pierre, qu’elle considérait comme un obstacle dans la promotion de ses enfants. Elle s’est donc approchée de Jésus en suivant le protocole de circonstance, se prosternant devant lui pour faire sa demande.

Matthieu 20:20 Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de Jésus avec ses fils, et se prosterna, pour lui faire une demande. 21 Il lui dit: Que veux-tu? Ordonne, lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans ton royaume, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche. 22 Jésus répondit: Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire? Nous le pouvons, dirent-ils. 23 Et il leur répondit: Il est vrai que vous boirez ma coupe; mais pour ce qui est d’être assis à ma droite et à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu’à ceux à qui mon Père l’a réservé. 24 Les dix, ayant entendu cela, furent indignés contre les deux frères. 25 Jésus les appela, et dit: Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. 26 Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur; 27 et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave. 28 C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.

Ses ambitions grandioses causaient des tensions et des rivalités entre Pierre et les deux frères Jacques et Jean, cela se répercutait sur les autres apôtres et disciples qui s’étaient divisés en deux clans et argumentaient entre eux pour savoir qui était le plus grand et méritait donc d’être le successeur de Jésus. Jésus avait remis la mama à sa place en lui disant que c’est Dieu qui accorde les promotions, ce n’est pas une affaire humaine d’influence en faisant du lobbying comme on voyait souvent les mères des rois le faire dans l’Ancien Testament, au point où on les nommait en parlant du roi (1Rois 14:31, 15:2, 10, etc.) La mama a compris la leçon car elle n’a pas répliqué et les évangiles n’ont rien retenu de sa part par la suite.

Matthieu 18:1 En ce moment, les disciples s’approchèrent de Jésus, et dirent: Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux? 2 Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux, 3 et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. 4 C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.

Marc 9:33 Ils arrivèrent à Capernaüm. Lorsqu’il fut dans la maison, Jésus leur demanda: De quoi discutiez-vous en chemin? 34 Mais ils gardèrent le silence, car en chemin ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. 35 Alors il s’assit, appela les douze, et leur dit: Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous. 36 Et il prit un petit enfant, le plaça au milieu d’eux, et l’ayant pris dans ses bras, il leur dit: 37 Quiconque reçoit en mon nom un de ces petits enfants me reçoit moi-même; et quiconque me reçoit, reçoit non pas moi, mais celui qui m’a envoyé.

Luc 9:46 Or, une pensée leur vint à l’esprit, savoir lequel d’entre eux était le plus grand. 47 Jésus, voyant la pensée de leur coeur, prit un petit enfant, le plaça près de lui, 48 et leur dit: Quiconque reçoit en mon nom ce petit enfant me reçoit moi-même; et quiconque me reçoit reçoit celui qui m’a envoyé. Car celui qui est le plus petit parmi vous tous, c’est celui-là qui est grand.

Luc 22:24 Il s’éleva aussi parmi les apôtres une contestation: lequel d’entre eux devait être estimé le plus grand? 25 Jésus leur dit: Les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui les dominent sont appelés bienfaiteurs. 26 Qu’il n’en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert. 27 Car quel est le plus grand, celui qui est à table, ou celui qui sert? N’est-ce pas celui qui est à table? Et moi, cependant, je suis au milieu de vous comme celui qui sert. 28 Vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves; 29 c’est pourquoi je dispose du royaume en votre faveur, comme mon Père en a disposé en ma faveur, 30 afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, pour juger les douze tribus d’Israël.

Matthieu 23:11 Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. 12 Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé.

Après la résurrection, alors qu’on aurait pu prévoir que Jacques et Jean fassent bande à part de Pierre, Pierre et Jean étaient devenus des bons amis (Jean 20:2-4), on les voyait toujours ensemble sans plus aucune trace de rivalité entre eux (Actes 3:1, 8:14). Jean était finalement sorti des jupons de sa maman ! On peut penser que l’humble Marie qui était à la croix avec Jean, dont celui-ci prenait soin dorénavant, a eu une influence positive sur lui.

Quand Jésus avait confié Marie à Jean, il avait pensé autant à Jean qu’à Marie, disant « Femme voici ton fils, fils voici ta mère ». Jean allait aider Marie et Marie allait aider Jean à le désintoxiquer de ses idées de grandeur insufflées par sa mère. Comme les enfants de Marie étaient aussi à la Pentecôte, c’est même probable que Jean avait plus besoin de Marie pour adoucir son caractère bouillant et intransigeant (fils du tonnerre – foudre-, surnom donné par Jésus dans Marc 3:17) que Marie avait besoin de Jean. Pensons à la vitesse et la puissance de l’éclair ainsi qu’au ravage qu’il peut causer.

Est-ce que Jacques s’était mis en retrait volontairement? En tous cas, la promesse de connaître une longue vie quand on honore ses parents n’a pas été pour lui, car il connut une fin violente et prématurée en étant martyrisé par Hérode pour on ne sait quelle raison, Jean l’avait peut-être provoqué comme Jean-Baptiste avant lui.

Actes 12:1 A cette époque-là, le roi Hérode se mit à maltraiter des membres de l’Eglise, 2 et il fit mourir par l’épée Jacques, le frère de Jean. 3 Quand il vit que cela plaisait aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre.

Les historiens rapportent que suite à la mort de Jacques et l’emprisonnement de Pierre, les premiers chrétiens avaient fait des pressions auprès des autorités romaines pour qu’elles destituent le souverain sacrificateur. Ce lobbying de leur part avait porté des fruits et c’est possible que la mère du martyr Jacques qui avait ses entrées, y avait exercé son influence.

On remarque donc que les chrétiens ont toujours été en contact avec le milieu politique et qu’ils ne croyaient pas devoir s’en distancer. Ils reconnaissaient que toute autorité est instituée par Dieu et que c’est de leur devoir de rappeler que ces autorités doivent se comporter d’une manière qui honore Dieu.

Romains 13:1 Que chacun se soumette aux autorités qui nous gouvernent, car toute autorité vient de Dieu, et celles qui existent ont été établies par Dieu. 2 C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. 3 En effet, on n’a pas à craindre les magistrats quand on fait le bien, mais quand on fait le mal. Veux-tu ne pas avoir à craindre l’autorité? Fais le bien et tu auras son approbation, 4 car le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, sois dans la crainte. En effet, ce n’est pas pour rien qu’il porte l’épée, puisqu’il est serviteur de Dieu pour manifester sa colère en punissant celui qui fait le mal. 5 Il est donc nécessaire de se soumettre aux autorités, non seulement à cause de cette colère, mais encore par motif de conscience.

Alors c’est biblique d’exercer une pression sur les gouvernements en se regroupant en tant que chrétiens pour défendre nos intérêts et demander une protection pour pouvoir mener notre vie paisiblement, en arrosant cela de nos prières comme le recommandait Paul à Timothée.

1Timothée 2:1 J’encourage donc avant tout à faire des demandes, des prières, des supplications, des prières de reconnaissance pour tous les hommes, 2 pour les rois et pour tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener une vie paisible et tranquille, en toute piété et en tout respect. 3 Voilà ce qui est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, 4 lui qui désire que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. 5 En effet, il y a un seul Dieu et il y a aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes: un homme, Jésus-Christ, 6 qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.

Que les mamans qui ont du temps des moyens et de la personnalité s’impliquent aussi, à l’instar de la maman de Jacques et Jean, vous n’êtes pas destinées seulement à changer des couches !

novembre 12, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.