Le pardon est-il conditionnel ?

Il y a des conditions au pardon. Ce n’est pas parce que le pardon des péchés est offert à tous que tous sont pardonnés. Si on se base sur la Bible, on va tous s’entendre là-dessus, enfin la majorité de ceux qui croient à la Bible car certains pensent que tous les humains sont pardonnés inconditionnellement parce que Jésus est l’Agneau qui ôte le péché de monde (Jean 1:29) et que selon 1Jean 2:2 Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. Ces personnes qu’on appelle les universalistes vont souligner aussi le fait que Jésus est le Sauveur du monde (Jean 4:42) parce qu’il a attiré tous les hommes à lui (Jean 12:32) et que Dieu est le Sauveur de tous les hommes, principalement des croyants (1Timothée 4:10) parce qu’il a enfermé tous les hommes dans la désobéissance afin de faire miséricorde à tous (Romains 11:32). Dans cette pensée universaliste, pas besoin de repentance pour que les péchés soient effacés (Actes 3:19), pas besoin de confesser ses péchés pour qu’ils soient pardonnés (1Jean 1:9, Jacques 5:15-16).

A l’opposé de cette approche universaliste qui contredisent les derniers versets cités demandant une part humaine au processus, il y a des gens qui vont faire reposer le pardon des péchés sur une vision de la repentance qu’on a appelé la pénitence. Il ne suffit plus à la personne repentante de confesser ses péchés pour être pardonnée mais elle doit aussi accomplir des actes de contrition, des actes qui montrent qu’elle s’est vraiment repentie. Bien entendu, quelqu’un qui se repent sincèrement produira des fruits digne de la repentance, comme le prêchait Jean-Baptiste dans Matthieu 3:8. Cela se manifestera par un changement de comportement car il ne continuera pas à pratiquer les péchés pour lesquels il a demandé pardon. Mais ceux qui prônent la pénitence vont exiger en plus des actes spécifiques qui n’ont souvent rien à voir avec les péchés commis auparavant ; on leur demandera par exemple de faire un pèlerinage ou encore de faire du bénévolat pour l’église. Je me rappelle avoir été au confessional de l’église catholique qu’on fréquentant sporadiquement dans ma jeunesse, le prêtre m’avait dit d’aller répéter quelques «Je vous salue Marie» en guise de pénitence. Dans ma tête d’enfant à l’époque, j’avais trouvé cela bizarre que des paroles dites en boucle à Marie pouvait pardonner mes péchés, je ne voyais pas bien le rapport. Le fait de citer certaines prières à répétition comme le prêtre me demandait de faire au confessionnal, les service rendus à l’église, les dons, l’achat d’indulgences, tout cela peut être perçu comme un paiement pour les fautes commises et porte ombrage au sacrifice parfait accompli par Jésus sur la croix qui a porté la peine de tous nos péchés, il a payé notre dette au complet, il a payé toute la rançon exigée pour nos péchés. La dette est effacée. Alléluia !

Entre ces deux positions, on retrouve aussi ceux qui croient que leurs péchés ont été pardonnés à la croix quand ils se sont convertis mais qu’ils pourraient perdre d’une quelconque manière ce précieux pardon obtenu par le sang de Jésus. Une façon évoquée qui pourrait provoquer cette perte de pardon est le manque de pardon mentionnée par le Seigneur Jésus lui-même dans Matthieu 6:14-15 et aussi dans Marc 11:26.

Matthieu 6:14 En effet, si vous pardonnez aux autres le mal qu’ils vous ont fait, votre Père qui est au ciel vous pardonnera aussi. 15 Mais si vous ne pardonnez pas aux autres, votre Père ne vous pardonnera pas non plus le mal que vous avez fait.

C’est très clair que Jésus adresse cette parole à ses disciples et non à la foule, car il est spécifié que Jésus s’adressait à ses disciples qui ont eu besoin de s’approcher de lui pour l’entendre. Il n’y avait pas de système de son à l’époque et même si sa voix portait plus en altitude, toute la foule présente n’était pas en mesure de l’entendre, seulement ceux qui se trouvaient à une certaine proximité, et ceux-là, c’était ses disciples, les autres se tenaient à distance par respect.

Matthieu 5:1 A la vue de ces foules, Jésus monta sur la montagne. Il s’assit et ses disciples s’approchèrent de lui. 2 Puis il prit la parole pour les enseigner; il dit …

A noter aussi qu’à ce moment, aucun de ses disciples n’était né de nouveau, il y avait eu beaucoup de ses disciples qui avaient quitté Jésus un moment donné. Jésus s’était alors tourné vers les douze pour s’enquérir s’ils voulaient partir aussi. Ils ont décidé de rester, même Judas. À la croix, on sait ce qui est arrivé, ils ont tous fui (Matthieu 26:56), seul Jean est revenu à la croix avec Marie (Jean 19:26).

Jean 6:66 Dès ce moment, beaucoup de ses disciples se retirèrent et arrêtèrent de marcher avec lui. 67 Jésus dit alors aux douze: «Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller?»

Donc ce sont à des disciples qui ne sont pas nés de nouveau que Jésus enseigne que s’il ne pardonne pas à ceux qui les ont offensés, Dieu ne leur pardonnera pas non plus. C’est ce qu’on appelle la loi du Talion que Jésus cite dans ce même discours dans Matthieu 5:38. Ce principe qui est tiré de la loi de Moïse était «oeil pour œil et dent pour dent». Cette loi du Talion alors appliqué au pardon donnait : «si tu ne pardonnes pas, Dieu ne te pardonnera pas non plus». Plus loin dans les évangiles, Jésus énonce le même principe quand il dit qu’on va nous traiter de la même manière qu’on aura traité les autres, chacun sera jugé selon ses oeuvres (Apocalypse 20:13).

Luc 6:38 Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis.

Pour la récompense, c’est certainement vrai encore après la pentecôte. Pour le bien, on en retire une récompense, pour le mal, ça passe au feu et on en retire rien du tout.

2Corinthiens 5:10 En effet, il nous faudra tous comparaître devant le tribunal de Christ afin que chacun reçoive le salaire de ce qu’il aura fait, bien ou mal, alors qu’il était dans son corps.

1Corinthiens 3:12 Que l’on construise sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin ou de la paille, 13 l’oeuvre de chacun sera dévoilée: le jour du jugement la fera connaître, car elle se révélera dans le feu et l’épreuve du feu indiquera ce que vaut l’oeuvre de chacun. 14 Si l’oeuvre que quelqu’un a construite sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. 15 Si son oeuvre brûle, il perdra sa récompense; lui-même sera sauvé, mais comme au travers d’un feu.

Voici encore une autre parole de Jésus lourde de sens.

Matthieu 12:36 Je vous le dis: le jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole inutile qu’ils auront prononcée. 37 En effet, d’après tes paroles tu seras déclaré juste et d’après tes paroles tu seras condamné.»

Pour bien la comprendre, il faut la lire dans son contexte.

Matthieu 12:31 »C’est pourquoi je vous dis: Tout péché, tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne leur sera pas pardonné. 32 Celui qui parlera contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné; mais celui qui parlera contre le Saint-Esprit, le pardon ne lui sera accordé ni dans le monde présent ni dans le monde à venir. 33 Dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou bien dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais, car on reconnaît l’arbre à son fruit. 34 Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, mauvais comme vous l’êtes? En effet, la bouche exprime ce dont le coeur est plein. 35 L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor et l’homme mauvais tire de mauvaises choses de son mauvais trésor.

Selon ce que Jésus vient de dire, la parole inutile qui fera condamner celui qui l’a proférée, c’est le blasphème contre le Saint-Esprit. Toutes les autres paroles peuvent être pardonnées et échapper à la condamnation, mais pas la personne qui associe à Satan l’action du Saint-Esprit. Il ne peut naître de nouveau et entrer dans le royaume de Dieu parce que c’est par le Saint-Esprit que cela peut se produire (Jean 3:3-5), alors il demeure en dehors du royaume et sera condamné. Jésus visait évidemment les pharisiens par ces paroles et le contexte le prouve au verset 24 précédant ses paroles.

Matthieu 12:24 Lorsque les pharisiens entendirent cela, ils dirent: «Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul, le prince des démons.»

Voici encore une autre parole de Jésus qui demande d’être regardée à la lumière du contexte de l’ancienne alliance dans laquelle elle a été citée.

Luc 6:37 Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés; ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés; pardonnez et vous serez pardonnés.

Quand Jésus parlait aux juifs, ils étaient tous encore dans l’ancienne alliance qui fonctionnaient avec des lois différentes de la nouvelle alliance. Jésus n’était pas encore allé à la croix pour porter les péchés du monde, même s’il avait reçu de Dieu le pouvoir de pardonner les péchés.

Luc 5:20 Voyant leur foi, Jésus dit: «Mon ami, tes péchés te sont pardonnés.» 21 Les spécialistes de la loi et les pharisiens se mirent à raisonner et à dire: «Qui est cet homme qui profère des blasphèmes? Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul?» (…) 24 Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés, je te l’ordonne – dit-il au paralysé -, lève-toi, prends ta civière et rentre chez toi.»

Comprenons bien que Jésus était toujours sous l’ancienne alliance quand il parlait, ce qu’il disait était parfaitement vrai pour quiconque se trouvait sous l’ancienne alliance et c’était tout le peuple juif pendant son ministère, alors Jésus leur parlait selon leur réalité spirituelle et non selon laquelle qui serait en vigueur après sa mort et sa résurrection. Si on occulte cette vérité, on va se retrouver avec plusieurs affirmations contradictoires parce qu’elles ont été prononcées dans des alliances différentes. Et qui dit alliance différente, dit aussi lois et règles différentes, sinon c’est la même alliance !

Quand on lit les paroles de Jésus dans les évangiles, il n’était pas allé encore sur la croix pour porter notre condamnation. Dans l’ancienne alliance, il fallait pardonner pour être pardonné, il ne fallait pas condamner pour ne pas être condamné. Sous la nouvelle alliance, il n’y a plus aucun condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ selon Romains 8:1. Cela veut dire que si vous dites des paroles de condamnation à quelqu’un, vous ne serez pas condamné pour autant car Jésus a pris sur lui la condamnation méritée par ce péché, vous ne venez pas de perdre votre salut, vous n’êtes pas voué à l’enfer. C’est la même chose avec le pardon.

Il y a en effet une grande différence entre ce que Jésus enseigne sur le pardon conditionnel qui demande absolument qu’on pardonne nous aussi et ce qui est enseigné après la Pentecôte; Pierre parle que nos péchés sont effacés dès qu’on s’en est repenti dans Actes 3:19 Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, car selon Romains 6:10 c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes. Paul ne peut être plus clair en déclarant que Jésus a pris sur lui tous nos péchés passés, présents et futurs et que nous sommes pardonnés sans autre condition que par la foi en Jésus.

Colossiens 2 :13 Autrefois, vous étiez spirituellement morts à cause de vos fautes et parce que vous étiez des incirconcis, des païens. Mais maintenant, Dieu vous a fait revivre avec le Christ. Il nous a pardonné toutes nos fautes.

Le principe de la nouvelle alliance qui est sous la grâce est que tous nos péchés sont pardonnés non pas par nos œuvres (parce que NOUS avons pardonné aux autres, c’est une œuvre de pardonner) mais parce que JÉSUS a pris sur lui nos fautes et que nous lui avons fait confiance. Cela ne nous dispense pas de pardonner aux autres comme nous avons été pardonnés, notre paix intérieure en dépend et notre communion avec Dieu aussi car le manque de pardon est un péché qui attriste le Saint-Esprit, mais ne le chasse pas de nos vies. Tant qu’on retient une offense, elle agit sur notre coeur comme le bourreau de la parabole dans Matthieu 18:23-35.




Marc 11;25 Et lorsque vous êtes debout pour prier, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez-lui afin que votre Père céleste vous pardonne aussi vos fautes. 26 {Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père céleste ne vous pardonnera pas non plus vos fautes.} (Segond21)

Le verset est mis entre parenthèse dans la version Segond21 de Marc 11:26, c’est parce qu’il manque dans certains manuscrits importants, dans ce cas-ci, le parchemin qui est conservé au Vatican. Un copiste dans les premiers siècles s’est probablement souvenu que Matthieu citait la même chose et s’en est servi pour compléter la citation dans Marc qui était plus courte, ces versions se sont ensuite propagées en Grèce et en Égypte. Par contre le verset de Matthieu 6:15 se trouve dans tous les manuscrits, alors Jésus a vraiment dit quelque chose de semblable en araméen, la langue parlée à l’époque et dans laquelle l’évangile de Matthieu avait d’abord été écrit. (Retour)


janvier 23, 2021

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.