Doit-on confesser nos péchés pour en être pardonnés ?

Le chrétien ne demande pas pardon à Dieu pour ses péchés, il a reçu déjà le pardon pour tous ses péchés à sa conversion. C’est la révélation que Jésus a donnée à l’apôtre Paul dans le passage suivant.

Actes 26:17 Je t’ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t’envoie, 18  afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés.

Les chrétiens qui ont encore la mentalité de l’ancienne alliance pensent qu’à la conversion, seulement leurs péchés passés ont été pardonnés alors que l’apôtre Paul, suite à une révélation du Seigneur Jésus-Christ avait enseigné que TOUS nos péchés sans exception ont été pardonnés à la croix.

Colossiens 2:13 Vous qui étiez morts en raison de vos fautes et de l’incirconcision de votre corps, il vous a rendus à la vie avec lui. IL NOUS A PARDONNÉ TOUTES NOS FAUTES, 14 il a effacé l’acte rédigé contre nous qui nous condamnait par ses prescriptions, et il l’a annulé en le clouant à la croix.

Certains ne prennent pas en considération cette révélation accordée par Jésus et suite à une compréhension déficiente de passages comme Actes 2:37 et 22:16, ils vont mêmes enseigner que l’eau du baptême est essentielle pour obtenir le pardon.

Actes 2:38 Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. 39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera..

Actes 22:16 Et maintenant, pourquoi tarder? Lève-toi, sois baptisé et sois lavé de tes péchés en faisant appel au nom du Seigneur.’.

C’est le nom (=sa personne) du Seigneur Jésus-Christ qui pardonne et lave du péché, pas l’eau du baptême qui illustre le tombeau mettant à mort le vieil homme pour qu’il en ressorte une nouvelle créature (Romains 6:3-4). Mais parce que certains comme le roi Constantin, avaient une compréhension déficiente de ces passages et n’avaient pas tenu compte de la vérité exprimée en Colossiens 2:13-14, ils ont attendu à leur lit de mort pour être baptisés, afin d’être certains de ne plus commettre de péchés par la suite qui n’auraient pas été pardonnés ! C’est ce que ça donne quand on pousse le raisonnement à l’extrême basé sur l’ancienne alliance qui était suivie encore par les douze apôtres et les milliers de juifs convertis au Seigneur Jésus (Actes 21:20). Cette influence a perduré dans l’église malgré les enseignements de l’apôtre Paul et on en retrouve encore des traces dans la compréhension de bien des chrétiens et pas seulement dans le milieu catholique où on pratique encore de nos jours la confession auriculaire dans les confessionnaux.

Mais, pourrait-on objecter, si vraiment on n’a pas besoin de confesser nos péchés pour en être pardonnés, pourquoi alors Jean l’enseigne-t-il dans son épître ?

1Jean 1:7 si nous marchons dans la lumière, tout comme Dieu lui-même est dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres et le sang de Jésus-Christ son Fils nous purifie de tout péché. 8 Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous trompons nous-mêmes et la vérité n’est pas en nous. 9 Si nous reconnaissons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de tout mal. 10 Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous faisons de Dieu un menteur, et sa parole n’est pas en nous. 2:1 Mes petits enfants, je vous écris cela afin que vous ne péchiez pas. Mais si quelqu’un a péché, nous avons un défenseur auprès du Père, Jésus-Christ le juste. 2 Il est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

L’apôtre Jean observait encore la loi de Moïse, il suivait le modèle de David dans le Psaumes 51.

Psaumes 51:1 Psaume de David, lorsque le prophète Nathan vint chez lui après son adultère avec Bath-Shéba. O Dieu, fais-moi grâce conformément à ta bonté! Conformément à ta grande compassion, efface mes transgressions! 2 Lave-moi complètement de ma faute et purifie-moi de mon péché, 3 car je reconnais mes transgressions et mon péché est constamment devant moi. 4 J’ai péché contre toi, contre toi seul, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux.

A la conversion, les péchés du chrétien sont effacés, il est déjà pur, purifié, jusitfié, sanctifié, saint, etc, à cause de sa foi dans le sacrifice offert par Jésus une fois pour toutes. Mais les chrétiens qui étaient encore sous la loi de Moïse, dont l’apôtre Jean, n’avaient pas encore cette compréhension. Alors ce type de chrétien qui désobéissait à la loi de Moïse avait besoin de confesser ce péché pour en être purifié. Jean est très sévère envers les juifs chrétiens qui n’observaient pas la loi de Moïse, il considérait qu’ils étaient en train de pécher (1Jean 3:4). Pour Jean, quelqu’un qui affirmait demeurer fidèle à Jésus et montrer qu’il le connaissait devait le prouver en suivant la loi de Moïse (1Jean 3:6), comme Jésus lui-même avait suivi la loi et n’avait jamais commis de péché (1Jean 3:5). Donc, puisque c’est le diable qui pèche depuis le commencement, le juif chrétien qui pèche en n’observant pas la loi de Moïse est aussi du côté du diable (1Jean 3:8). Pour être juste à ses yeux, le juif chrétien doit pratiquer la justice. Pratiquer la justice est une expression synonyme d’observer la loi de Moïse, dans la pensée juive, on ne peut pas pratiquer la justice sans observer la loi de Moïse. Quand Jésus enseignait de chercher le royaume et sa justice à ses contemporains, il leur ordonnait alors d’observer la loi de Moïse, la loi du royaume, la loi royale, comme l’apôtre Jacques l’appelle dans Jacques 2:8.

Romains 10:5 En effet, Moïse définit ainsi la justice qui vient de la loi: L’homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.

Psaumes 106:3 Heureux ceux qui observent la loi, qui pratiquent la justice en tout temps!

Esaïe 58:2 Tous les jours ils me cherchent, ils veulent connaître mes voies; comme une nation qui aurait pratiqué la justice et n’aurait pas abandonné la loi de son Dieu,

Pratique la justice, c’est le contraire de pratiquer le péché qui est la violation de la loi de Moïse. Donc, dans la pensée de Jean, le juif chrétien qui ne pratiquait pas la loi de Moïse était en réalité un enfant du diable. Je parle des juifs chrétiens seulement même si Jean dit «quiconque» (1Jean 3:9) parce que je prends pour acquis que Jean se rappelait la décision du concile de Jérusalem dans Actes 15 de ne pas imposer aux païens qui se convertissent l’obligation de suivre la loi de Moïse.

1Jean 3:4 Tous ceux qui pratiquent le péché violent la loi, puisque le péché, c’est la violation de la loi. 5 Or, vous le savez, Jésus est apparu pour enlever nos péchés et il n’y a pas de péché en lui. 6 Ceux qui demeurent en lui ne pèchent pas; si quelqu’un pèche, il ne l’a pas vu et ne l’a pas connu. 7 Petits enfants, que personne ne vous égare. Celui qui pratique la justice est juste comme Christ lui-même est juste. 8 Celui qui pratique le péché est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Or, c’est pour détruire les oeuvres du diable que le Fils de Dieu est apparu. 9 Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui et il ne peut pas pécher, parce qu’il est né de Dieu. 10 C’est à cela que l’on reconnaît les enfants de Dieu et les enfants du diable: celui qui ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, tout comme celui qui n’aime pas son frère.

Si Jean avait même les chrétiens d’origine païenne en pensée, alors il serait en pleine contradiction avec Paul qui disait que les chrétiens qui se mettaient à observer la loi de Moïse étaient déchus de la grâce.

Galates 5:4 Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce.

En prenant en considération tout ce qu’on peut lire de la pensée de Jean, on comprend pourquoi celui-ci enseignait qu’il fallait confesser la désobéissance de la loi comme étant un péché nécessitant la purification par le sang de Jésus. On comprend mieux aussi l’insistance des chrétiens de Jérusalem de prouver que Paul était bien un observateur de la loi ! Le contraire en ferait un fils du diable !!! (1Jean 3:8,10). Ils l’avaient même convaincu d’aller se raser la tête en faisant un voeu et aller présenter son offrande au temple. Paul n’aurait pas dû se plier à ce compromis qui n’a absolument rien donné de toute façon mais qui était très révélateur du manque de compréhension des implications de la nouvelle alliance par les douze apôtres et les chrétiens de Jérusalem qui n’avaient pas compris que Christ était la fin de la loi pour tous ceux qui croient (Romains 10:4).

Actes 21:17 A notre arrivée à Jérusalem, les frères et soeurs nous ont accueillis avec joie. 18 Le lendemain, Paul s’est rendu avec nous chez Jacques, où tous les anciens se sont réunis. 19 Après les avoir salués, il a raconté en détail ce que Dieu avait fait au milieu des non-Juifs à travers son ministère. 20 Après l’avoir entendu, ils se sont mis à célébrer la gloire du Seigneur. Puis ils lui ont dit: «Tu vois, frère, combien de milliers de Juifs on compte parmi les croyants, et tous sont zélés pour la loi. 21 Or, ils ont entendu dire que tu enseignes à tous les Juifs vivant parmi les non-Juifs d’abandonner la loi de Moïse; tu leur dirais de ne pas circoncire leurs enfants et de ne pas se conformer aux coutumes. 22 Que faire donc? Sans aucun doute une foule se rassemblera, car on apprendra que tu es venu. 23 C’est pourquoi, fais ce que nous allons te dire. Il y a parmi nous quatre hommes qui ont fait un voeu. 24 Prends-les avec toi, accomplis la cérémonie de purification avec eux et pourvois à leurs dépenses afin qu’ils se rasent la tête. Ainsi, tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu vis en respectant la loi. 25 Quant aux croyants d’origine non juive, nous leur avons communiqué par écrit notre décision: ils doivent seulement s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés et de l’immoralité sexuelle.» 26 Paul prit alors ces hommes, se purifia avec eux et entra le lendemain dans le temple pour annoncer à quelle date la période de purification prendrait fin et l’offrande serait présentée pour chacun d’eux. 27 Vers la fin des 7 jours, les Juifs d’Asie qui avaient vu Paul dans le temple soulevèrent toute la foule et s’emparèrent de lui. 28 Ils criaient: «Israélites, au secours! Voici l’homme qui donne partout et à tout le monde un enseignement dirigé contre le peuple, contre la loi et contre cet endroit. Il a même introduit des non-Juifs dans le temple et profané ce saint lieu.» 29 En effet, ils avaient vu Trophime d’Ephèse avec lui dans la ville et croyaient que Paul l’avait fait entrer dans le temple. 30 Toute la ville fut dans l’agitation et le peuple accourut de tous côtés. Ils s’emparèrent de Paul et le traînèrent à l’extérieur du temple, dont on ferma aussitôt les portes. 31 Ils cherchaient à le tuer quand on informa le commandant de la garnison romaine que tout Jérusalem était dans le désordre.

L’apôtre Jacques avait évidemment la même façon de penser que l’apôtre Jean, non pas parce qu’il était son frère, ce qui n’était d’ailleurs pas le cas, le frère de Jean avait été tué par Hérode bien des années auparavant (Actes 12:2). L’apôtre Jacques qui était l’un des frères de Jésus pensait comme Jean car c’est lui qui était le pasteur de l’Église de Jérusalem où tous étaient zélés pour la loi de Moïse (Actes 21:20). Jacques en imposait au point où même cela avait poussé Pierre à agir en hypocrite et faire semblant qu’il n’entrait pas en contact avec des païens même si ceux-ci étaient devenus chrétiens (Galates 2:11-16). Donc, Jacques enseigne comme l’apôtre Jean que les chrétiens ont besoin de se faire pardonner leurs péchés en les confessant, la conversion ne suffit pas.

Jacques 5:14 Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise et que les anciens prient pour lui en lui appliquant de l’huile au nom du Seigneur. 15 La prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera. S’il a commis des péchés, le pardon lui sera accordé. 16 Avouez-vous donc vos fautes les uns aux autres et priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La prière du juste agit avec une grande force.

J’espère que cela vous aura aidé un peu à comprendre le pardon acquis à la croix, vous n’avez plus besoin de le rechercher par la suite. Quand vous avez réalisé que vous avez attristé le Saint-Esprit en commettant un péché, abandonnez simplement la pratique de ce péché pour retrouver la communion avec Dieu et la joie du Saint-Esprit en sachant avoir été pardonnés à la croix depuis 2000 ans.

Je vous encourage à poursuivre cette méditation en cliquant sur le lien suivant

mars 25, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.