La langue araméenne versus la langue hébraïque

Abraham était un araméen, originaire d’un région proche de Babylone.

Quand Dieu a finalement décidé de déporter Israël à Babylone pour les punir de leur idolâtrie, il les a retournés dans la région idolâtre d’où il avait fait sortir Abraham.

Comme l’hébreu était une langue qui avait évolué de l’araméen, les Juifs n’ont pas eu trop de difficultés à la réapprendre. Et quand ils sont revenus de Babylone, ils ont même continué à parler araméen. Jésus parlait araméen comme Abraham, à l’instar d’Isaac et de Jacob qui n’avaient eu aucun problème de communication avec leurs épouses provenant de leur région ancestrale. Ce n’est qu’au fils des siècles et des contacts avec d’autres populations que la langue hébraïque s’est distinguée de plus en plus de l’araméen. Cependant les chefs des deux peuples respectifs qui étaient des gens instruits, arrivaient encore à se comprendre.

2Rois 18:26 Eliakim, fils de Hilkija, Shebna et Joach dirent à Rabshaké: «Parle à tes serviteurs en araméen, car nous comprenons cette langue, et ne nous parle pas en hébreu. En effet, le peuple qui se trouve sur la muraille entend tout.» 27 Rabshaké leur répondit: «Est-ce à ton seigneur et à toi que mon seigneur m’a envoyé dire ces paroles? N’est-ce pas à ces hommes assis sur la muraille pour manger leurs excréments et boire leur urine avec vous?» 28 Alors Rabshaké prit position et cria à pleine voix en hébreu: «Ecoutez la parole du grand roi, du roi d’Assyrie!

L’apôtre Paul, inspiré par le Saint-Esprit, a cité le prophète Esaīe concernant cet épisode.

1 Corinthiens 14:21 Il est écrit dans la loi: C’est par des hommes d’une autre langue et par des lèvres étrangères que je parlerai à ce peuple, et même ainsi, ils ne m’écouteront pas, dit le Seigneur.

Voici le contexte d’Esaīe

Ésaïe 28:5 Ce jour-là, l’Eternel, le maître de l’univers, sera une couronne majestueuse et une parure magnifique pour le reste de son peuple. 6 Il sera un esprit de droiture pour celui qui siège au tribunal et une force pour ceux qui repoussent l’ennemi jusqu’à ses portes. 7 Mais eux aussi, ils titubent sous l’effet du vin et les liqueurs fortes les égarent; prêtres et prophètes titubent sous l’effet des liqueurs fortes, ils sont troublés par le vin, ils s’égarent à cause des liqueurs fortes. Ils titubent en prophétisant, ils vacillent en rendant leurs verdicts. 8 Toutes les tables sont pleines de vomissements infects; il n’y a plus aucune place intacte 9 Ils disent: «A qui veut-il enseigner la connaissance? A qui veut-il faire comprendre son message? Est-ce à des enfants qui viennent d’être sevrés, qui viennent de quitter la poitrine de leur mère? 10 En effet, c’est ordre sur ordre, ordre sur ordre, règle sur règle, règle sur règle, un peu ici, un peu là.» 11 Eh bien, c’est par des hommes aux lèvres balbutiantes et par une langue étrangère que l’Eternel parlera à ce peuple. 12 Il leur avait dit: «Voici le lieu de repos. Laissez se reposer celui qui est fatigué! Voici le moment de la détente!» Mais ils n’ont pas voulu écouter, 13 et pour eux la parole de l’Eternel sera vraiment ordre sur ordre, ordre sur ordre, règle sur règle, règle sur règle, un peu ici, un peu là, afin qu’en marchant ils tombent à la renverse et se brisent, afin qu’ils soient pris au piège et capturés.

Il est intéressant de constater qu’à la Pentecôte quand les 120 disciples ont parlé en langues, ils ont aussi passé pour des gens ivres qui balbutient des paroles incompréhensibles comme dans ce passage d’Esaīe.

Mais les gens instruits par le Saint-Esprit étaient en mesure de les comprendre chacun dans leur langue maternelle.

Actes 2:4 Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d’autres langues, comme l’Esprit leur donnait de s’exprimer. 5 Or il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux venus de toutes les nations qui sont sous le ciel. 6 A ce bruit, ils accoururent en foule, et ils furent stupéfaits parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. 7 Ils étaient [tous] remplis d’étonnement et d’admiration et ils se disaient [les uns aux autres]: «Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous galiléens? 8 Comment se fait-il donc que nous les entendions chacun dans notre propre langue, notre langue maternelle? 9 Parthes, Mèdes, Elamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée, de la Cappadoce, du Pont, de l’Asie, 10 de la Phrygie, de la Pamphylie, de l’Egypte, du territoire de la Libye voisine de Cyrène et résidents venus de Rome, Juifs de naissance ou par conversion, 11 Crétois et Arabes, nous les entendons parler dans notre langue des merveilles de Dieu!» 12 Tous remplis d’étonnement et ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres: «Qu’est-ce que cela veut dire?» 13 Mais d’autres se moquaient et disaient: «Ils sont pleins de vin doux.» 14 Alors Pierre, debout avec les onze apôtres, s’exprima d’une voix forte en ces termes: «Hommes de Judée et vous tous qui séjournez à Jérusalem, comprenez ce qui se passe et prêtez l’oreille à mes paroles! 15 Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car il est neuf heures du matin. 16 Mais maintenant se réalise ce qu’a dit le prophète Joël: 17 Dans les derniers jours, dit Dieu, je déverserai de mon Esprit sur tout être humain; vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards auront des rêves. 18 Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, durant ces jours-là, je déverserai de mon Esprit et ils prophétiseront.

Au temps de Jésus, on lit les Écritures en hébreu au peuple araméen, c’était semblable à l’église romaine où on lisait la Bible en latin à des francophones. Cependant, dès leur enfance, les juifs pieux enseignaient les Écritures à leurs enfants, comme Eunice et Lois l’avaient fait avec Timothée (2Ti.1:5).

2Timothée 3:14 Quant à toi, demeure ferme dans ce que tu as appris et accueilli avec une entière conviction. Tu sais de quels maîtres tu l’as appris.
15 Depuis ton enfance, en effet, tu connais les Saintes Écritures; elles peuvent te donner la sagesse qui conduit au salut par la foi en Jésus-Christ.

Ce qui fait que même s’ils ne pouvaient pas comprendre et parler l’hébreu couramment, ils étaient capables de saisir le sens du texte, Jésus n’a pas eu besoin de traduire le passage d’Ésaïe qu’il avait lu dans la synagogue de Nazareth, l’auditoire avait très bien compris quand il avait dit que ce passage qu’il venait de lire s’étai accompli.

Luc 4:16 Jésus se rendit à Nazareth, où il avait été élevé. Le jour du sabbat, il entra dans la synagogue selon son habitude. Il se leva pour lire les Écritures
17 et on lui remit le rouleau du livre du prophète Ésaïe. Il le déroula et trouva le passage où il est écrit:
18 L’Esprit du Seigneur est sur moi, il m’a consacré pour apporter la Bonne Nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé pour proclamer la délivrance aux prisonniers et le don de la vue aux aveugles, pour libérer les opprimés,
19 pour annoncer l’année où le Seigneur manifestera sa faveur.
20 Puis Jésus roula le livre, le rendit au serviteur et s’assit. Toutes les personnes présentes dans la synagogue fixaient les yeux sur lui.
21 Alors il se mit à leur dire: Ce passage de l’Écriture est réalisé, aujourd’hui, pour vous qui m’écoutez.
22 Tous exprimaient leur admiration à l’égard de Jésus et s’étonnaient des paroles merveilleuses qu’il prononçait. Ils disaient: N’est-ce pas le fils de Joseph?

Voici un exemple d’araméen comparé à l’hébreu qui donne une idée de la parenté proche des deux langues :

Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné !? (français)
Eli, Eli, le ma ozbachtani !? Psaumes 22:2 (hébreu)
Eli, Eli, le ma sabachtani !? Matthieu 27:46 (araméen)

janvier 19, 2019

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.